Monsieur Chatastrophe

23h45 : je rentre chez moi, après une journée passée entre amies. Shopping, piscine, apéro, dîner... Je retourne à la maison, contente de ces bons moments passés, de la détente et des rigolades partagées.







On a tous des réflexes quand on rentre chez soi. Déposer les clés à tel endroit, regarder un feuilleton, se faire un bon café... Bon à cette heure-ci, j'allais pas me faire un café. Par contre, l'un de mes rituels est de suivre mes 2 chats qui me guident vers leur gamelle vide, en bondissant, la queue ondulant au gré de leurs petits pas. En l'occurrence, c'est Filou, mon superbe chat tigré qui m'exprime son envie irrépressible de dîner...

Mon autre superbe chat, Tarzan, n'est pas là et ça me fait des vacances. Si, si ! Donner à manger à 2 chats en même temps, c'est compliqué, surtout avec ce Tarzan qui veut manger plus vite que je ne distribue le pâté. Résultat, il se retrouve toujours avec du pâté sur la tête...

Mais, ce qui m'intrigue le plus ce soir-là en rentrant chez moi, c'est l'étrange trace marron claire sur ma cafetière, située à 15 cm de la gamelle des chats... En plus, la machine à café n'est pas dans le même sens que d'habitude...

Point_d_interrogation

Mystère et boulette de pâté...



C'est quoi ce truc ?

Un chat s'est frotté le derrière sur ma cafetière ou quoi ? Beurk... Filou! Montre moi tes fesses! Non. C'est pas ça. Intriguée, j'ose toucher cette substance inconnue qui n'a rien à faire sur ma cafetière de marque s'il vous plaît. Ce truc est hyper collant. Aussi collant que le piège à mouche qui pendouille depuis le plafond. Qui pendouillait !! Je découvre qu'il n'est plus accroché à plafond mais pas moyen de mettre les yeux dessus. Il est où ce truc à mouches?!?!? Vous savez, ces rubans collants que seuls les campagnards endurcis osent mettre à leur plafond, le truc bien dégueu avec les mouches qui restent collées et qui se balancent avec les courants d'air... Dégueu, mais efficaces! Mais dégueu.

Je réalise. Un chat s'est sûrement coincé dans ce scotch à mouches, s'est débattu pour s'en dépétrer, comme une main qui cherche à se décoller de la farine collante du pétrin. Sauf que ce chat forcément, a du bousculé la cafetière dans son élan, le tue-mouches se collant sur ma belle Senseo blanche. Ce qui explique qu'elle ait bougé et qu'elle présente désormais une superbe trace marronâtre plus que douteuse... Une chose est sûre, Filou n'est pas responsable de la chatastrophe. Sinon il ne serait plus aussi doux car ce truc colle autant que de la glue. Je suis sûre que si je m'en mets sous les semelles, je tiens au plafond !

Tarzan. Encore toi. Ca faisait longtemps que tu ne m'avais pas fait de bêtises. A moins que je ne sois responsable d'avoir installé le tue-mouches à proximité de la gamelle des chats... Mais, où est Tarzan ?

Je fais le tour de la cuisine. De la salle à manger. De la maison. Rien. Je regarde partout pour trouver mon chat et/ou le truc à mouches... Personne, rien walou. Je sors sur la terrasse et là, je prends conscience qu'ici aussi il y a des dégâts. EN tout cas c'est sûr, Tarzan est passé par là. La table de jardin est renversée et Tarzan arrive, tête baissée, agitant frénétiquement la patte arrière droite comme Coco Lapin. Il s'acharne à vouloir sortir sa patte de ce piège collant... qui visiblement marche aussi pour les chats ! Il s'est pris la patte certes, mais Tarzan ne fait pas les choses à moitié. Il fait nuit et je ne vois pas grand chose. J'attrape le truc collant pour l'enlever (impossible). A taton, je me rends compte que le scotch a aussi élu territroie sur la queue, le flanc droit, le dos, la tête... Bref.

chatastrophe

Puisqu'il est plutôt du genre nerveux, pour rajouter un peu de piment à la chatastrophe, Tarzan détalle sans même avoir la jujotte de se dire : "Maitresse... je suis sauvé, elle va me libérer!". Non, Tarzan il ne pense pas. Il court. Mais, le connaissant parfaitement, j'anticipe ce déli de fuite et parviens à attraper le premier truc collé dans ses poils. Hop. Un morceau. Ba oui, il a coupé le ruban collant en plusieurs morceaux... Comme ça, j'aurais juste 10 trucs à enlevé au lieu d'un.

J'attire Tarzan avec des croquettes pour le faire sortir de sa nouvelle planque. Ba alors ? On a pas apprécié l'épilation ? C'est à la mode pour les hommes maintenant tu sais !

Merci Friskies. Je chope un deuxième morceaux au vol, puis trois puis... ainsi de suite. J'ai presque pu l'etnedre chanter "Libéréééé, délivréééé".

Le plus dur restait à venir

Fière d'avoir libéré mon chat, je pensais sortir victorieuse de cette galère collante. Oui, je suis du genre naïve. Enlever cette colle ultra tenace des poils de Tarzan... Voilà le vrai défi qui m'attendait si je ne voulais pas retrouver mon chat couvert de ... poussières, plaids... mouches Non, en réalité ce qui 'a fait peur c'est qu'il lèche ce truc. Vous imaginez vous léchez le corps (déjà rien que ça!) couvert de glue ?

Il est 23h50, je soupire. Naïvement (oui, encore), je sors un gant de toilette que j'imbibe d'eau un peu chaude mais pas trop, espérant nettoyer tout ça, tandis que je n'avais même pas réussi à laver la cafetière tout à l'heure avec mon éponge... Evidemment, défaite cuisante. Bon, on va pas y passer la nuit non plus. Paire de ciseau. Découpage de poils empaquetés. Tarzan a un look miteux. Non, teigneux en fait.

Heureusement, il avait vachement faim alors les croquettes pour le distraire en douceur, c'était top. Je les éparpille autour de lui pour qu'il mette plus de temps à les manger... Je tourne autour de lui pour lui couper les poils collants, au fur et à mesure qu'il tourne sur lui-même pour manger les croquettes éparpillées...

Le ridicule ne tue pas. Mais il fout l'air con quand même.

Et ces foutus poils collants se retrouvent collés à mes doigts. Me voilà à agiter la main comme Tarzan le faisait avec sa patte, tant dans les gestes que dans l'acharnement. Saloperie de p**** de bip de biiiiiip.

Heureusement, j'ai réussi à tout couper sans me faire griffer ou mordre. Bah oui, Tarzan il aime pas qu'on le trifouille, il est un peu sauvage alors c'était vraiment une opération risquée ! Bon, je me suis quand même pris un ti coup de patte à la 45ème minute (oui, je suis du genre qui ne lâche rien), sans les griffes, l'air de dire "T'es lourde avec tes ciseaux, lâche moi les babines".

En guise de récompense, j'ai quand même eu droit à un bon ronron et à un regard plein de reconnaissance, que seuls les chats savent faire.

Pour finaliser le sauvetage, je lui passe un coup de brosse à chat, j'"admire" la coupe de poils, et hop j'emmène le chat dormir avec moi, histoire de lui exprimer que quand même, je l'aime. Même miteux.

En général quand on emmène un chat quelque part, et ba il se barre, juste pour dire : "c'est moi qui décide!" Cette fois, mon TaTar, il est resté là où je l'ai posé, et c'est endormi, illico.

Moi aussi.

Je m'occuperai de la cafetière demain...

#super retour de soirée!#



Super coupe de poils :



Et pendant ce temps, Filou, toujours égal à lui-même :

Méfiez-vous des chats !